Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Midon Baudoin Immobilier, Agence immobilière ST MAX 54130

L'actualité de CENTURY 21 Midon Baudoin Immobilier

GRAND NANCY : LES SECTEURS LES PLUS PRISÉS DE L’AGGLO

Publiée le 05/01/2017

Avec plus de 10 % d’augmentation des volumes de ventes en un an, l’immobilier a amorcé une belle reprise. Quels sont les secteurs de l’agglo les plus attractifs ? Laxou attire l’attention…

1 Vieille ville, Léopold

Ce quartier demeure une valeur sûre, avec des prix qui peuvent atteindre 3.000 €/m², même si la moyenne se situe plutôt autour de 2.200 €/m². « La vieille ville de Nancy est tellement recherchée qu’on a rarement des biens en agence dans ce quartier. Les ventes dans ce secteur se font souvent de bouche-à-oreille », confie Gilles Bochu, président de la Fnaim 54, fédération des agents immobiliers.

2 Poincaré, Foch, Anatole France

Le secteur talonne de près la vieille ville. 2.000 €/m² en moyenne, avec de fortes disparités selon la nature des biens vendus et leur situation. Les prix augmentent quand le bien jouxte une des principales lignes de bus du réseau Stan. Les petites surfaces proches des facultés sont également très demandées par les investisseurs.

3 Saurupt, Clémenceau

On passe en dessous des 2.000 €/m² en moyenne. Mais les prix augmentent le long de la ligne 1 du tramway, ou quand il s’agit de demeures Art nouveau ou Art déco.

4 Centre-ville, Charles III

Malgré une situation centrale, ce secteur est en dessous des 2.000 €/m². « Beaucoup de biens dans ce quartier n’ont pas été rénovés, avec de grosses charges de copro, et se vendent mal… » confie un agent immobilier

5 Stanislas-Meurthe

Les programmes neufs menés ces dernières années tirent vers le haut un prix moyen au mètre carré de 1.950 €. Chiffre trompeur, car dans ce secteur, un appartement ancien non rénové peut se négocier autour de 1.100 €/m².

6 Laxou

Le chiffre donné par la chambre des notaires 54 attire l’attention. Le prix médian au mètre carré à Laxou a augmenté de 11,4 % en un an ! C’est la seule hausse notable dans l’agglomération, où les chiffres sont relativement stables depuis plusieurs années. « L’imposition n’a pas augmenté depuis 2005, et les propriétaires ont été incités à rénover leurs biens par l’instauration d’une taxe sur les logements vacants », relève le maire, Laurent Garcia, qui explique également la valorisation de l’immobilier dans sa ville par « une prime au ravalement des façades Art déco ». Le passage par Laxou des lignes structurantes 2, 3 et 4 du réseau Stan est aussi une explication à cette hausse atypique.

7 Les autres quartiers nancéiens

Avec une moyenne de 1.600 €/m² à 1.900 €/m², les prix dans le reste des quartiers nancéiens sont stables. La nature du bien et sa situation près d’un grand axe jouent beaucoup. « On constate une hausse des demandes en investissement locatif autour d’Artem », relève Paulo Da Costa, du réseau Century 21, dont les statistiques indiquent que 50 % des clients nancéiens ont entre 30 ans et 50 ans. « Beaucoup de Nancéiens vendent pour acheter plus grand ou pour monter en gamme. Les programmes neufs de Nancy Grand Cœur trouvent preneur car ils offrent du confort, des services, de l’accessibilité », explique un autre agent immobilier.  

8 Villers, Heillecourt, Dommartemont, Pulnoy, Art-sur-Meurthe, Fléville, Ludres

Ces communes sont juste en dessous de Laxou, avec des prix autour de 1.700 €/m² en appartement. « On voit une hausse des demandes de maisons de ville. C’est très recherché. Surtout avec un garage et un jardin », souligne Paulo Da Costa, du réseau Century 21. Une maison de 100 m² dans ces communes peut se négocier entre 200.000 € et 250.000 €. Voire davantage suivant la situation et la nature du bien.

9 Saint-Max, Saulxures, Houdemont, Essey, Lay-Saint-Christophe, Tomblaine, Seichamps…

Une majorité de communes de l’agglomération affiche des prix moyens de 1.500 €/m² à 1.600 €/m². Un peu plus ou un peu moins pour une maison. « Les prix moyens ne signifient pas grand-chose dans ces communes, car les prix dépendent surtout de la nature du bien et de sa situation », indique un professionnel de l’immobilier.

Et en queue de peloton :

Vandœuvre, Jarville, Maxéville, Champigneulles, Frouard…

Les prix moyens se situent en dessous de 1.500 €/m² pour un appartement dans ces communes. Un peu plus pour les maisons, davantage recherchées. Mais la règle est la même que pour le groupe de communes précédent. Le prix augmente dès qu’on se situe près d’un axe de communication. Ou baisse de manière spectaculaire s’il s’agit d’un bien énergivore et mal situé.

Notre actualité